OUI, Nous Pouvons Changer le Monde !

methodes-etude-marche-720x340

… MAIS SEULEMENT, SI NOUS CHANGEONS INDIVIDUELLEMENT ?

Vous connaissez la petite histoire,

A 20 ans, j’ai voulu changer le monde, et je n’y suis pas arrivé,

A 30 ans, j’ai voulu changer ma femme et je n’y suis pas arrivé,

A 40 ans, j’ai voulu changer mes enfants, et je n’y suis pas arrivé,

A 50 ans, j’ai décidé de me changer, et le monde a changé.

Et j’ai envie de vous parler de cela ce matin, premiers jours du mois de septembre. Depuis plus de 20 ans je suis habitué à écrire mes objectifs, à analyser des résultats, et à dresser des bilans. J’ai suivi les séminaires d’Anthony Robbins il y a plus de 20 ans (juin 1996 à juillet 1997), cela m’a marqué et je peux dire que je crois que j’aime ça.

L’ironie du sort, c’est que je n’avais pas forcément compris la substantifique moelle de tout cela. Parce que j’ai atteint beaucoup de mes objectifs matériels à des moments de ma vie. J’ai voulu avoir des entreprises et j’en ai eu plusieurs. Je voulais brasser des millions et je les ai brassé. Je voulais faire une différence dans la vie des gens et je l’ai fait pour des centaines de personnes, Je voulais avoir une belle maison avec une piscine au soleil et je l’ai eu. Je voulais voyager en Business class et je l’ai fait. Je voulais avoir une Harley Davidson et allez travailler tous les jours avec et je l’ai fait. Je voulais avoir une belle montre Breitling au poignet et je l’ai eu. Je voulais avec des costumes sur mesure, et j’en ai eu beaucoup. Je voulais avoir une femme et ménage et une cuisinière à la maison et je l’ai eu (ce n’était pas ma femme mais bien quelqu’un que je payais pour cela). Je voulais employer des personnes dans les projets et j’en ai employé beaucoup (plus de 150).

Et enfin, je voulais une femme gentille, simple, ravissante, et je me réveille à ses côtés tous les jours depuis plus de 5 ans (excepté les 6 mois de mon petit séjour pénitentiaire)

A l’heure ou je vous écris, nous venons juste de recréer une entreprise, mais j’ai dû liquider toutes les autres. Je n’ai plus d’employés. Plus de Business Class puisque je n’ai plus le droit de voyager momentanément. Je n’ai plus de belle maison et de piscine, ni de Harley Davidson, pas plus de Breitling, encore moins de femme de ménage et de cuisinière.

Bref je voulais beaucoup de choses, j’en veux encore beaucoup, et j’en ai eu pas mal, MAIS j’ai presque tout perdu, sauf l’essentiel, ma femme, et mes enfants, et quelques amis.

Ce que j’ai gagné depuis ces trois années suite à ma chute, c’est par contre vraiment inestimable. Je me suis trouvé MOI, nous avons pu resserrer le cocon familial sur l’essentiel. L’Amour et les Relations, le reste est finalement accessoire et arrive si les choses sont faites correctement et assez longtemps.

Je l’avais déjà touché du doigt pendant toutes ces années, puisque j’ai eu la chance de travailler la plupart du temps avec mon frère Franck, mon meilleur ami André, ma sœur Isabelle, et ma mère n’était jamais loin.

Mais j’étais plus focalisé par le résultat que par la manière. La vie s’est chargée de me rappeler à l’ordre, et c’est finalement très bien ainsi. Il y a un dicton qui dit : « La vie est bien faite, parce que si vous n’apprenez pas la leçon, elle vous la présente de nouveau encore et encore » et c’est tellement vrai.

Alors pourquoi tout cela me direz-vous ?

Tout simplement pour me rappeler, et vous partager que la seule chose que l’on ne peut pas perdre c’est NOUS, en tant qu’être vivant. C’est malheureusement la seule chose sur laquelle presque personne ne travaille sorti de l’école.

Einstein lui même nous disait : « L’éducation c’est ce qu’il nous reste quand on a oublié tout ce que l’on a appris à l’école ». Et là aussi c’est tellement vrai, et je pourrais même rajouter que c’est que l’on devrait entretenir toute notre vie, parce que c’est notre capital le plus précieux.

Ce que je veux vous rapporter aujourd’hui est que ce qu’il m’a resté quand j’ai eu l’impression de tout perdre c’est la connaissance de moi-même qui est la conséquence de milliers, voir de dizaines de milliers d’heures passées à travailler sur moi, mes concepts, mes valeurs. Grâce à Anthony Robbins bien sûr, à Stephen Covey, à Kevin Trudeau, à de nombreux livres que j’ai pu lire (sans toutefois appliquer tous les concepts), à de personnes que j’ai pu rencontrer, à ma mère avec qui j’ai beaucoup parlé, à mon frère et mon ami avec lesquels j’ai échangé encore et encore pendant les 18 dernières années.

J’ai en plus eu la chance (mais le hasard n’existe pas) de connaître la société Life Leadership grâce à Jean Jacques et Aline Gilles, juste à mon retour l’année dernière, et il m’est apparu comme une évidence.

Cette société et ses leaders Orrin Woodward, Chris Brady, Claude Hamilton, mais aussi Denis et Lisa Léger, Joce et Cynthia Dionne, Charles et Manon Mc Intyre, et bien d’autres encore) représentaient tout ce que j’avais voulu construire depuis 20 ans en m’étant égaré dans des domaines que je ne maitrisais pas.

La philosophie de cette société était très similaire à la notre (avec mon frère) depuis tout ce temps, à une subtilité près.

Amusez-vous, gagnez de l’argent et faite une différence pour Life Leadership.

Réussir, profiter, partager pour nos défuntes sociétés Vivalavi et 3V Coaching.

Vous voyez la subtilité… réussir et gagnez de l’argent sont similaires, Profiter et s’amuser aussi, partager et faire une différence également. Alors… Vous voyez où est la subtilité ? Oui, non ?

Et bien à l’instar de notre philosophie, ils ont placé s’amuser en premier, et effectivement cela peut faire une vraie différence. Une très grosse différence même que j’avais ressenti les deux dernières années avant ma chute. L’amusement du départ, parce que c’était des projets qui nous passionnaient, avait cédé à la pression financière et aux engagements fous que l’on avait pris, et la passion était devenu un job quotidien que je devais faire avec une pression de tous les instants. La magie était partie et tout s’est écroulé.

Au début cela paraît insignifiant, puis cela grossit peu à peu, on perd le fil de ce pourquoi on fait les choses, et cela devient une obligation. Ma priorité devient une obligation comme les autres, et on perd tout le sens de ce pourquoi on le faisait quelques années auparavant. Une fois que la machine est lancée, difficile à arrêter, d’autant plus qu’étant un tempérament Colérique Sanguin (cf le livre de Florence Littauer, « Personnalité Plus » que je vous recommande), je suis un gros bosseur quand j’aime ça et j’étais devenu vraiment bon à ce que je faisais tous les jours, c’est à dire récolter de l’argent. J’étais convaincant parce que convaincu, et il n’en fallait pas plus pour accumuler les millions.

Mais le problème, c’est que cette collecte d’argent avait du sens au départ : Un superbe projet de vacances « intelligentes » dans un pays paradisiaque, en aidant la population aux environs (90% des personnes employées étaient indonésiennes). Et puis au fil du temps c’est devenu une collecte d’argent pour pouvoir payer tout ce que l’on devait payer, et cela à mal fini.

L’important, donc est de garder ce sens profond que l’on avait au départ, quand tout commence sur un simple coin de table, avec des amis, et des personnes qui sont ébahies par autant d’audace. Et pour cela il faut savoir s’entourer de personnes qui disent autre chose que « vous êtes géniaux » parce que sinon on fini par y croire, et c’est le début de la fin.

L’important c’est de pouvoir se connecter à un système qui a fonctionné pour d’autres, en étant que le messager et non pas le message. Dans mon ancienne vie, j’ai été les deux et c’est pesant, et visiblement je n’avais pas les épaules pur ça.

L’important c’est de pouvoir échanger avec une équipe d’experts, qui va vous recentrer sur le sens profond de votre engagement, simplement en le questionnant, et en vous accompagnant. Dans mon ancienne vie, nous étions tous les trois avec Franck et André dans notre tour, trop inaccessible.

Alors ce que cela m’a permis de le faire, c’est vraiment de prendre cette chance qui passait, et de suivre les enseignements de Life Leadership au quotidien, pour d’abord m’améliorer moi, puis pour transmettre les enseignements d’abord à ma femme Liudmyla, à mes enfants, à mes amis et à une cercle plus large pour ceux qui le veulent.

Et cela s’est traduit par de petites choses, que vous allez peut être juger insignifiante parce que vous le faites depuis des années, mais qui pour moi commence à tout changer :

Et ces petites choses ce n’est pas le fait que je développe des équipes, pas du tout…

Ces petites choses sont :

– Plutôt que de punir mon fils parce qu’il a été collé à l’école, de prendre le temps de lui parler pour lui demander ce qu’il voulait nous dire en faisant cela.

– Plutôt que de dire à Liudmyla de ne pas stresser, de faire la vaisselle le matin pour lui enlever un peu de pression.

– Plutôt que de dire que je devrais recontacter des personnes que je connaissais, de faire une liste des 10 personnes avec qui j’aimerais reprendre vraiment contact, attention pas pour les parrainer, mais pour avoir des nouvelles d’elles, et de le faire, une à la fois.

– Plutôt que de donner des conseils à des gens qui ne me le demandent pas, de les écouter vraiment sans rien dire et les encourager quoiqu’ils fassent (croyez moi c’est très difficile pour une colérique sanguin)

– Plutôt que de concocter des plans très ambitieux de perte de poids, d’enlever quelques ingrédients par jour.

– Plutôt que de me plaindre que je ne peux plus faire des activités physiques que je faisais avant, de faire une marche quotidienne pour m’entretenir.

Bref, la liste est longue de petites choses qui changent tout dans la vie si on veut se donner la peine de construire. Je savais intellectuellement ces choses là, je n’ai rien appris de nouveau avec Life Leadership, sauf qu’en étant connecté quotidiennement, ma vie change petit à petit, et je sais que je serais dans 1 an, dans 5 ans, dans 10 ans :

Un meilleur mari et papa.

Un meilleur fils et ami.

En meilleure forme physique.

Un meilleur communicateur.

Une meilleure version de moi-même. Je ne vais pas changer au point de ne plus être un colérique sanguin, mais je vais être un colérique sanguin qui se connaît et qui sait qu’il aura d’autres tempéraments en face de lui, qui fera son possible pour les respecter, les écouter et les aimer comme ils sont.

Est-ce que je serais millionnaire ? Sincèrement je ne sais pas. Même si je me fixe des objectifs ambitieux, parce que je suis un colérique sanguin, rappelez-vous, l’argent sera la conséquence de tout ce processus. Si je le fais honnêtement, humblement en écoutant les leaders que j’ai à ma disposition, il y aura assez d’argent pour vivre la vie que je veux vraiment.

Alors voilà, je suis désolé d’avoir été encore un peu long, mais je veux vraiment partager avec tous ceux qui ont la patience de me suivre tout ce que je découvre jour après jours.

Pour beaucoup je sais que vous avez déjà une autre activité professionnelle, et franchement si vous vous éclatez, ne changez rien. Ce dont je suis sûr par contre, c’est que vous connecter aux différents programmes que nous proposons en tant que client, vous sera bénéfique.

Si vous êtes curieux, intéressé ou que vous en avez marre d’en avoir marre … CLIQUEZ ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s